Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Le monde est vaste

  • La question climatique

    Il y a peu, j'ai effectué avec ma chère et tendre un vol en montgolfière du côté de Saturnin. E le moins qu'on puisse dire, c'est que j'ai été étonné par le spectacle. Dès qu'on perçoit le monde d'en haut, on ne peut qu'être frappé par son élégance et voir comme on est négligeable ; nous sommes de simples fourmis ! Toutefois, même les plus petits organismes peuvent défaire les plus grands mammifères. On peut citer l'exemple des parasites, ou encore des virus. Et l'être humain, aussi négligeable soit-il, dispose apparemment de cette capacité du simple fait de son grand nombre : il saccage irrémédiablement l'équilibre climatique. Et ça sera bien pire sous peu. Les Etats-Unis vont en effet abroger le plan climat d'Obama. L'agent orange (j'adore ce surnom, personnellement : il lui va si bien, tant pour sa couleur épidermique que pour sa dangerosité) juge les réglementations environnementales superflues et va par conséquent s'opposer à la disparition de nombreuses centrales thermiques, contraiment à ce que le plan de transition énergétique imposait. Ce plan était déjà bloqué depuis l'année dernière par la Cour suprême qu'une trentaine d'Etats avait saisie. Le plus désespérant, dans cette résolution, c'est de constater les faibles intérêts que va retirer l'administration américaine au regard des périls qu'elle fait courir à l'ensemble de l'humanité. Cette décision est bien sûr dans la continuité logique de Donald Trump qui doute (ou prétend douter, du moins) de la réalité même du changement climatique. Mais elle contribuera de toute évidence au réchauffement global, qui ne sera d'après les experts pas endigué en deça des 2°C. Il n'y aurait en réalité que 5 % de chances de respecter cet objectif. Clairement, je vous conseille vraiment de profiter autant que possible de cette époque : l'élévation du niveau des océans inondera les zones de faible altitude et modifiera profondément la géographie côtière. Ainsi que le nombre de réfugiés climatiques ! Tenez, si vous voulez profiter de notre monde depuis les cieux, je vous invite à le faire en montgolfière : c'est vraiment impressionnant. Allez donc sur ce site, si vous souhaitez creuser la question. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du site sur ce de baptême en montgolfière qui est très bien fait sur ce sujet.

  • La dépression au travail

    Une enquête très intéressante vient de sortir sur la dépression au travail. 29% des salariés présentent un niveau dépressif élevé (manifestations dépressives importantes ou probabilité de pathologie) et 6% ont probablement une dépression, au sens médical du terme. Les femmes sont un peu plus concernées que les hommes (31% avec un niveau dépressif élevé contre 28%, et 7% de dépression probable contre 6%). Les non cadres ont un peu plus de manifestations dépressives que les cadres (31% de niveau dépressif élevé versus 27%) mais le taux de pathologie dépressive est comparable. Les mêmes différences s’observent selon que le salarié a, ou non, des responsabilités d’encadrement. Les niveaux dépressifs élevés progressent avec l’âge. Ils vont de 23% chez les moins de 30 ans et de 28% pour les 30-40 ans, pour atteindre 31% pour les 40-50 ans et les plus de 50 ans. Cette progression s’observe aussi en fonction de l’ancienneté dans l’entreprise, allant de 20% pour une ancienneté inférieure à 5 ans et de 30% pour une ancienneté entre 5 et 15 ans, jusqu’à 34% pour une ancienneté de 15 à 25 ans et 31% pour une ancienneté dépassant 25 ans. Selon les secteurs d’activité les manifestations dépressives varient fortement. Les salariés du secteur « des arts, spectacles et activités récréatives » sont les plus touchés (37% de niveau dépressif élevé et 12% de dépression probable) ainsi que les salariés du secteur de « santé humaine et action sociale » et du secteur de « l’administration publique » (33% de niveau dépressif pour chacun de ces deux secteurs et 7% de dépression probable). A l’opposé, le secteur de « l’industrie manufacturière » est le moins touché par des manifestations dépressives (23% de salariés présentant un niveau dépressif élevé) comme le secteur du « commerce » (26% de niveau dépressif élevé).

  • Retrouver la grandeur

    Quand je parle de retrouver la grandeur, je ne parle pas de notre grandeur individuelle, ni de celle de notre pays. De ce côté, je crois que les réseaux sociaux ont suffisamment boursouflé nos egos pour que nous nous accordions déjà bien assez de grandeur ; quant à la grandeur de la nation, les populistes font déjà paraître la souveraineté bien plus importante et positive qu'elle n'est en réalité.

    La grandeur qu'il me semble important de retrouver aujourd'hui, c'est celle du monde. Ce monde enserré de câbles électriques qui nous paraît bien plus petit qu'il n'est en réalité. Ce n'est pas parce qu'on peut sillonner les rues du monde entier grâce à Google Map et discuter avec des gens à l'autre bout du monde que l'on connaît le monde. Pour vraiment le connaître, une vie ne suffirait pas. Et nous gagnerions beaucoup à nous souvenir à quel point nous sommes petits, et à quel point le monde est grand... L'humilité retrouvée permettrait de résoudre bon nombre de problèmes modernes.